Covid-19 : Tu n’es pas médecin !

By | 17/11/2020

Ou les variantes « es-tu médecin ? », « es-tu épidémiologiste ? », etc…
Dans le cadre de la « crise de la Covid-19 », ces réflexions sont constamment utilisées.
Pourquoi ces réflexions sont absurdes ? Une réponse en plusieurs parties !

1ère partie : le sujet de la « crise de la Covid-19 » est vaste !

La « crise de la Covid-19 » est en effet un sujet qui va bien plus loin que la simple question de la médecine. En vrac, ce sujet implique des éléments de :

  • Médecine
  • Biologie
  • Génétique
  • Statistiques
  • Épidémiologie
  • Virologie
  • Immunologie
  • Psychologie
  • Morale
  • Éthique
  • Philosophie
  • Économie
  • Politique

Ne pas être médecin n’est donc en aucun cas un obstacle au fait de s’intéresser, analyser ou comprendre le sujet de la « crise de la Covid-19.

2ème partie : la médecine est un domaine, pas une spécialité !

Parler d’un médecin aujourd’hui est comme parler d’un informaticien, c’est un titre générique mais qui ne donne pas une indication précise des compétences de la personne.

En effet, il existe des dizaines de métiers différents ayant comme base le doctorat de médecine et ces différentes spécialités peuvent être extrêmement éloignées au point de ne plus avoir grand-chose en commun à part du vocabulaire…

Un chercheur virologue qui a comme base un doctorat en médecine mais qui passe son temps dans un laboratoire et qui n’a pas vu un patient depuis son internat n’a pas du tout les mêmes savoirs, connaissances et compétences qu’un gérontologue officiant en maison de retraite par exemple. A tel point qu’on peut s’interroger, sur un exemple aussi extrême, de s’il s’agit encore du même métier et s’il ne serait pas plus pertinent d’abandonner le titre de « médecin » pour se référer à la personne par sa spécialité directement.

Du coup, un médecin néphrologue invité sur un plateau de TV qui est là pour s’exprimer sur la « crise de la Covid-19 » est aussi compétent sur le sujet qu’un invité informaticien spécialiste réseau qui serait là pour s’exprimer sur les applications pour smartphone…

3ème partie : la compétence unique !

Derrière la remarque « tu n’es pas médecin » ou question « es-tu médecin ? », il y a l’idée que les êtres humains sont fondamentalement incapables de maîtriser plus d’un seul sujet.

Autrement dit, si vous êtes informaticien (pour rester sur mon exemple précédent), vous ne pouvez pas avoir le moindre savoir, connaissance et compétence dans quoi que ce soit d’autre…

Ceci est absurde pour 2 raisons :

  • L’être humain est capable de bien plus que cela ! En effet, les capacités intellectuelles de l’humain sont telles qu’il est tout à fait possible de maitriser des dizaines de sujets différents au court d’une vie ! Il y a bien sur des différences de capacités intellectuelles entre les gens mais même quelqu’un avec un QI limité sera capable de s’intéresser et développer des savoirs, connaissances et compétences dans plusieurs sujets !

  • Dans la mesure ou la carrière de la plupart des gens est décidée à l’adolescence et que la personne n’a donc que peu voire pas son mot à dire. Couplé au fait qu’une fois dans la vie active, il est extrêmement difficile de changer de métier (coût des formations, temps, etc…) ; la véritable passion de tout un chacun est rarement le métier qu’il/elle exerce ! Du coup, les sujets que la personne va développer dans sa vie privée sont des sujets de passion dans lesquels la personne va beaucoup plus s’investir que dans son métier ! Qui ne connait pas un comptable passionné de moto qui s’y connait bien mieux en mécanique que n’importe quel garagiste diplômé et professionnel ? Qui ne connait pas un serveur de restaurant qui dans son temps libre développe son propre système d’exploitation Linux « pour le fun » ? Alors pourquoi pas un boulanger passionné de statistiques qui sera plus compétent pour parler des chiffres de la Covid-19 qu’un médecin dermatologue qui sait à peine faire la comptabilité de son cabinet ?

4ème partie : le diplôme d’autorité !

Nous vivons dans une ère ou le diplôme est l’alpha et l’oméga du profil professionnel.

C’est à un point ou bon nombre de profession sont réglementées avec comme élément de base l’obligation de posséder un certain diplôme pour pouvoir exercer…

Dans l’esprit des gens, il est donc devenu strictement impossible pour quelqu’un de maitriser un sujet sans un diplôme pour le prouver.

Peu importe donc que vous ayez passer des centaines d’heures à vous intéresser à un sujet. Peu importe que vous en sachiez beaucoup plus que bien des diplômés sur le sujet. Aux yeux des gens, si vous ne possédez pas le diplôme, vous n’êtes pas légitime…

5ème partie : Au fond de la réflexion, l’hétéronomie !

Sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres, lorsqu’on creuse la réflexion, on s’aperçoit qu’un des éléments clés de compréhension est l’hétéronomie ! L’hétéronomie c’est l’opposé de l’autonomie !

Pourquoi je parle de cela ? Car dans le domaine de la santé nous sommes à 100% dans l’hétéronomie. A Savoir que nous déléguons 100% de la gestion de notre santé à d’autres personnes.

Et c’est, il me semble un des fondements de cette réflexion « tu n’es pas médecin ».

Dans la mesure où nous déléguons 100% de la gestion de notre santé aux médecins, seuls eux sont habilités à s’exprimer, comprendre, analyser une question d’ordre médicale !

Lorsque quelqu’un vous assène « tu n’es pas médecin », il vous rappelle à votre place ; à l’ordre des choses ! Dans l’esprit populaire, la santé c’est le médecin, pas le citoyen lambda !

C’est pour cette même raison qu’on voit autant de résistance dans la population générale face aux médecines dites « alternatives » (concept intéressant par ailleurs car qui a décidé que telle médecine est officielle et telle est alternative…) car ces dernières font la part belle à l’autonomie dans la gestion de notre santé.

6ème partie et conclusion : Au fond de la réflexion, la pensée unique !

Enfin, le bout de la réflexion est que ceux qui assène cette réflexion cherche en réalité à couper court à tout débat. En effet, dans l’idée, si vous n’êtes pas médecin c’est la fin de la discussion !

C’est un anathème jeté au visage de ceux qui ne suivent pas le narratif officiel et avec qui on ne veut pas débattre.

Et si la personne continue néanmoins de s’exprimer, l’étape suivante est de lui affirmer que son point de vue est DANGEREUX !

Et si, avec un toupet incroyable, la personne ne s’arrête pas, on peut passer à l’étape du dessus : l’APPEL A L’ÉMOTIONNEL !

Enfin, quand tout cela a échoué et que le rebelle ne veut pas se conformer à la pensée unique, il reste le qualificatif ultime : COMPLOTISTE !

En conclusion, il ne faut pas se laisser intimider par ce genre de remarque et ne jamais s’empêcher de réfléchir à un sujet !

Je vous invite à lire (ou relire) à cet égard : https://www.esprit-libre.ch/covid-19-ne-plus-avoir-peur/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code