Covid-19 : Une fin aux mesures ?

By | 04/10/2020

Introduction

Le fonctionnement normal des institutions en Suisse est que l’état fédéral et les états cantonaux peuvent, à travers un processus démocratique, décider de règles (changement de la constitution, lois ou traités internationaux) qui peuvent affecter nos vies (santé, social, économie, activités, etc…).

Il est admis que ce fonctionnement peut être contourné lors d’une situation exceptionnelle (guerre, épidémie, etc…) et des « mesures » mise en place pour répondre à la situation dans l’urgence.

Cependant, afin d’éviter les abus, les « mesures » en question doivent être :

  • Nécessaires
  • Proportionnelles
  • Limitées dans le temps

En Suisse, depuis le 28 février 2020, un certain nombre de mesures dites « sanitaire » ont été implémentées afin de « lutter contre le Covid-19 ».

Ces mesures ont eu et continue d’avoir un impact considérable sur l’ensemble de ce qui constitue nos vies : santé, social, économie, activités, etc…

On peut dès lors considérer qu’il y a un avant 28 février et un après 28 février.

Je considérerais dans cette analyse l’avant comme la normalité et l’après comme l’anormalité.

Étant donné que les dirigeants Suisse et cantonaux qui ont pris toutes ces mesures n’ont pas communiqués sur une éventuelle limite de temps à ces mesures, il faut s’interroger sur quels sont les critères qui permettrait d’arrêter TOUTES ces mesures et revenir à la normale.

Afin d’essayer de répondre à cette question, nous allons d’abords définir quel pourrait être ces indicateurs puis les mettre en face des mesures prises et enfin analyser les données.

Voyons donc !

Indicateurs

Indicateurs principaux

Voici les indicateurs principaux que j’ai retenu pour cette analyse :

  • Nombre de décès par semaine
  • Nombre de décès pour 100’000 habitants par semaine
  • Nombre d’hospitalisations par semaine
  • Nombre d’hospitalisations pour 100’000 habitants par semaine
  • Nombre de cas par semaine
  • Nombre de cas pour 100’000 habitants par semaine

+

  • Les mêmes indicateurs mais sur 4 semaines.

Ces indicateurs me semblent être les plus pertinents pour se rendre compte de la gravité d’une épidémie.

NB : A ce jour et depuis le début des décomptes, la définition des cas est variable d’un pays à l’autre et parfois même d’un hôpital à un autre. Il n’est donc pas possible d’affirmer à 100% que les cas décrit dans les statistiques ci-dessous représentent bel et bien des gens malades et non des porteurs sains voir des gens qui n’ont rien du tout…

Pour information, voici comment (théoriquement) l’OMS décrit un cas :

https://www.who.int/csr/disease/coronavirus_infections/case_definition_25_09_2012/fr/

Je mentionne dans les graphiques ci-dessous les seuil d’alerte pour le Covid-19. Il est à noter que ce seuil d’alerte n’est pas un indicateur objectif ! Il est décidé, pour les virus connus à travers des calculs savants basés sur les années précédentes et qui peuvent donc varier grandement suivant qui réalise les calculs et selon quel méthode (comme pour le R0). Pour le Covid-19, étant donné qu’il n’y a pas d’année précédente sur quoi se baser, le choix du seuil est une approximation qui peut être grandement influencée par des notions politiques plus que sanitaires… Je le mentionne néanmoins car ce seuil d’alerte est un élément important dans les choix des autorités.

NB : En Suisse, le seuil d’alerte pour le Covid-19 est fixé à 60 cas pour 100’000 habitants mais sur 2 semaines (soit 30 pour 100’000 habitants par semaine) : https://www.rts.ch/info/sciences-tech/medecine/11557610-quels-sont-les-criteres-pour-quun-pays-figure-sur-une-liste-rouge.html

NB : En comparaison, le seuil d’alerte pour la grippe est fixé à 69 cas pour 100’000 habitants par semaine (soit 2.3x plus haut que le Covid-19) : https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/saisonale-grippe—lagebericht-schweiz.html

Indicateurs exclus

Le nombre de reproduction de base, communément appelé « R0 » n’a pas été retenu ici comme indicateur.

La raison de cette exclusion est que cet indicateur est obtenu à travers un calcul dont les paramètres peuvent varier grandement, notamment pour des questions de subjectivité.

Voici un lien vers un document décrivant tout du R0 : http://www.math.univ-metz.fr/~sallet/R0_EPICASA09.pdf

Je rapporterais ici une seule citation expliquant mon exclusion de cet indicateur :

  • « Il s’agit d’une approximation »

Les autres indicateurs choisi pour cette analyse sont des indicateurs objectifs et sont donc beaucoup plus fiables (même s’ils peuvent faire l’objet de critiques, notamment les nombre de cas basé sur un test PCR problématiques…).

Autres données pertinentes

Les capacités des hôpitaux Suisse :

  • 281 hôpitaux sur 580 sites au total (généraux et spécialisés)
  • 102 Hôpitaux de soins généraux avec :
    • 24’226 lits
    • 20’210 médecins
    • 15’822’241 consultations ambulatoires par année
  • + de 80’000 hospitalisations par année pour des problèmes de l’appareil respiratoire

NB : Durant le mois d’avril, au pire de la « crise du Covid-19 », les lits de soins intensifs ont été au maximum occupés à 88% dont 56% pour le Covid-19

Sources :

Point sur les statistiques

Commençons par un point de situation à partir de ces indicateurs !

Suisse

Décès par semaine

Décès pour 100’000 habitants par semaine

Hospitalisations par semaine

Hospitalisations pour 100’000 habitants par semaine

Cas par semaines

Cas pour 100’000 habitants par semaine

Genève

Décès par semaine

Décès pour 100’000 habitants par semaine

Hospitalisations par semaine

Hospitalisations pour 100’000 habitants par semaine

Cas par semaines

Cas pour 100’000 habitants par semaine

Mesures par rapport aux indicateurs

Voyons maintenant quelles sont les mesures qui ont été prises depuis le 28 février 2020 et comment elles s’inscrivent par rapport aux indicateurs.

Pour simplifier l’écriture et la lecture voici un diminutif pour les indicateurs :

  • Décès : D
  • Décès pour 100’000 habitants : D-100
  • Hospitalisations : H
  • Hospitalisations pour 100’000 habitants : H-100
  • Cas : C
  • Cas pour 100’000 habitants : C-100

Suisse

Voici les mesures qui ont été prises depuis le début de la « crise » au niveau Suisse :

  • 28 Février 2020 :
    • Déclaration de « situation particulière »
    • Interdiction des manifestations publiques ou privées accueillant plus de 1’000 personnes jusqu’au 15 Mars
  • 13 Mars 2020 :
    • Fermeture des écoles jusqu’au 4 avril
    • Établissement au cas par cas des contrôles Schengen à toutes les frontières
    • Les hôpitaux et cliniques doivent annoncer le nombre de lits en soin intensifs disponibles
    • Manifestations de plus de 300 personnes interdites
    • Obligation de mettre en place des plans de protection partout
  • 16 Mars 2020 :
    • Déclaration de « situation extraordinaire » selon la LEp
    • État d’urgence jusqu’au 19 avril
    • Manifestations publiques ou privées interdites
    • Fermeture des commerces non-essentiels (y compris restaurants et établissements de loisirs)
    • Déploiement renforcé de l’armée
  • 11 Mai 2020
    • Les magasins, les restaurants, les marchés, les musées et les bibliothèques pourront à nouveau accueillir des visiteurs
    • Les écoles primaires et secondaires rouvriront leurs portes
    • Les sportifs amateurs et professionnels pourront également reprendre leurs entraînements
  • 27 Mai 2020
    • La limite de rassemblement passe de 5 à 30 personnes
  • 6 Juin 2020
    • Réouverture de cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles post obligatoires
  • 8 Juin 2020
    • Les manifestations privées et publiques réunissant jusqu’à 300 personnes sont à nouveau permises, avec des plans de protection
  • 19 Juin 2020
    • Fin de la « Situation Extraordinaire »
    • Ordonnance 3 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19)
    • Distance de sécurité qui passe de 2m à 1.5m
    • Manifestations jusqu’à 1’000 personnes autorisées
  • 6 Juillet 2020
    • La libre circulation des personnes est restaurée
    • Masques obligatoires dans les transports publics

Et voici quels étaient les indicateurs sur 1 semaine aux dates en question :

DateDD-100HH-100CC-100

28.02.20

0

0

27

0.31

32

0.37

13.03.20

13

0.15

247

2.87

1646

19.13

16.03.20

32

0.37

429

4.99

3149

36.6

11.05.20

45

0.52

31

0.36

360

4.18

27.05.20

11

0.13

15

0.17

116

1.35

06.06.20

1

0.01

8

0.09

97

1.13

08.06.20

2

0.02

6

0.07

120

1.39

19.06.20

2

0.02

9

0.10

147

1.71

06.07.20

1

0.01

35

0.41

629

7.31

Et voici quels étaient les indicateurs sur 4 semaines aux dates en question :

DateDD-100HH-100CC-100

28.02.20

0

0

27

0.31

32

0.37

13.03.20

15

0.17

377

4.38

1962

22.8

16.03.20

35

0.41

613

7.12

3775

43.88

11.05.20

526

6.11

390

4.53

3914

45.49

27.05.20

128

1.49

102

1.19

1104

12.83

06.06.20

43

0.5

71

0.83

621

7.22

08.06.20

34

0.4

61

0.71

591

6.87

19.06.20

10

0.12

38

0.44

517

6.01

06.07.20

7

0.08

71

0.83

1428

16.6

NB : En rouge les mesures qui vont dans le sens de la restriction et en vert les allègements.

Voyons sur les graphiques par 100’000 habitants où se situent les mesures :

Genève

Voici les mesures qui ont été prises depuis le début de la « crise » au niveau Genevois :

  • 24 Juillet 2020 :
    • Masques obligatoires dans tous les commerces
    • Désinfection des mains obligatoire dans les établissements publics
    • Identification obligatoire des clients d’établissements festifs
  • 06 Août 2020
    • Port du masque obligatoire dans les établissements scolaires lorsque la distance de 1.5m ne peux être respectée
  • 14 Août 2020
    • Fermeture des bars et nightclub
    • Obligation de la désinfection des mains pour tous les établissements recevant du public
    • Obligation du port du masque dans tous les commerces et centre commerciaux
    • Obligations concernant les restaurants
      • Consommation uniquement assis
      • Masque obligatoire pour le personnel
      • Masque obligatoire pour les clients lors des déplacements
      • Traçage obligatoire des clients
    • Obligation du port du masque pour toutes les activités professionnelles impliquant un contact avec le client
    • Interdiction des manifestations publiques de plus de 300 personnes
    • Interdiction des manifestations privées de plus de 100 personnes
  • 02 Septembre 2020
    • Prolongation de l’arrêté du 14 août 2020 jusqu’au 16 novembre 2020 pour l’article 17 alinéa 2 (fermeture des bars et nightclub)
  • 09 Septembre 2020
    • Directive du médecin cantonal obligeant les masques pour les patient et praticiens de santé
  • 30 Septembre 2020
    • Prolongation de l’arrêté du 14 août 2020 jusqu’au 16 novembre 2020 pour l’article 17 alinéa 3 (soit l’ensemble des mesures)

Et voici quels étaient les indicateurs sur 1 semaine aux dates en question :

DateDD-100HH-100CC-100

27.07.20

0

0

178

35.12

06.08.20

1

0.2

217

42.82

14.08.20

0

0

256

50.51

09.09.20

4

0.79

272

53.67

30.09.20

0

0

276

54.46

Et voici quels étaient les indicateurs sur 4 semaines aux dates en question :

DateDD-100HH-100CC-100

27.07.20

0

0

306

60.38

06.08.20

1

0.20

748

147.60

14.08.20

1

0.19

970

191.41

09.09.20

7

1.38

1028

202.86

30.09.20

10

1.97

1258

248.24

Voyons sur les graphiques par 100’000 habitants où se situent les mesures :

NB : Je n’ai pas pu renseigner les colonnes liées aux hospitalisations pour Genève car celle-ci sont disponibles uniquement sous des formes de rapports dont il n’est pas possible d’extraire le détail des données par jour…

Sources :

Analyse

Effectuer une analyse sans subjectivité est un exercice ardu tant le sujet est sensible.

Afin de rester au maximum objectif, je vais me contenter de regarder :

  • L’évolution des courbes par rapport aux mesures
    • A noter qu’étant donné la période d’incubation de 10 jours du Covid-19, on ne peut se rendre compte de l’impact d’une mesure qu’à partir de 2 semaines après son application
  • Les minimums/maximums

Suisse

  • Les décès
    • Au moment de l’instauration initiale de la « situation particulière », il n’y avait eu aucun décès du Covid-19 en Suisse
    • Au moment de l’instauration de l’état d’urgence, seulement 13 décès étaient attribués au Covid-19
    • Le relâchement des mesures entre le 11 Mai et le 6 Juillet n’a apporté aucune élévation de la courbe des décès
  • Les cas
    • Au moment de l’instauration de l’état d’urgence, il n’y avait que 19.13 cas pour 100’000 habitants
    • Si on se base sur le seuil épidémique de la grippe, seulement 3 semaines au printemps ont été au-dessus
    • Le relâchement des mesures à partir du 11 Mai n’a apporté aucune élévation de la courbe des cas
    • Au moment de l’instauration de l’obligation des masques dans les transports publics, il y avait, sur 4 semaines, seulement 16.6 cas pour 100’000 habitants (rappel : seuil d’alerte = 30/100’000)
    • Depuis l’instauration de l’obligation du masque dans les transports publics, le nombre de cas n’a cessé d’augmenter. Il est donc difficile d’y voir une quelconque efficacité (voir NB ci-dessous)
  • Les maximums et minimums
    • Le maximum de décès a eu lieu au pic de l’épidémie le 2 Avril 2020 avec 60 décès en un jour
    • Le minimum de décès est de zéro avec un maximum de 10 jours entre les 27 Mai et 05 Juin
    • Le maximum de cas a eu lieu au pic de l’épidémie le 23 Mars 2020 avec 1’464 cas en un jour
    • Le minimum de cas est de 3 par jour, atteint le 1er juin

NB : Il est à noter que dans le rapport de suivi de la mise en œuvre des mesures liées au CO-VID-19 du 30.07.2020, l’OFPP dit : « L’obligation du port du masque dans les transports publics et la quarantaine imposée aux voyageurs en provenance d’États ou de territoires à risque accru d’infection semblent avoir peu ou pas d’impact sur cette progression »

Depuis l’été et la fin de l’état de « situation extraordinaire », l’état fédéral Suisse a délégué la gestion de la « crise » au canton et n’a donc pas instauré de nouvelles mesures à part l’obligation des masques dans les transports publics et les quarantaines pour les entrées dans le pays.

On peut noter que l’instauration de l’obligation des masques dans les transports publics n’a pas été levée quand bien même tous les indicateurs sont tombés au plus bas et que notamment la courbe des décès est quasiment plate depuis 6 mois…

Genève

  • Les décès
    • Au moment des 1ères mesures de fin juillet, aucun décès n’était à déplorer à Genève depuis 7 semaines
    • Les mesures de Juillet et Août n’ont pas eu le moindre impact sur la courbe 2 semaines après leur application
    • Il y a une très légère hausse des décès dans les 2 semaines précédant les 2 dernières mesures de septembre (prolongations)
  • Les cas
    • Au moment des 1ères mesures de fin juillet, une forte augmentation du nombre de cas avait lieu depuis 2 semaines avant leur application
    • Les mesures de Juillet et Août n’ont pas eu le moindre impact sur la courbe 2 semaines après leur application
      • La courbe s’est arrêtée de monter au moment de la décision du 27 Juillet mais vu le délai de 2 semaines, celle-ci ne peux pas être responsable de l’arrêt de la montée
      • 2 semaines après ces mesures, la courbe n’a pas bougée
    • Les mesures du 14 août ont été prises alors que la courbe s’était stabilisée depuis 2 semaines
  • Les maximums et minimums
    • Le maximum de décès a eu lieu au pic de l’épidémie le 8 Avril 2020 avec 14 décès en un jour
    • Le minimum de décès est de zéro avec un maximum de 66 jours sans décès entre les 26 Mai et 30 Juillet
    • Le maximum de cas a eu lieu au pic de l’épidémie le 2 Avril 2020 avec 293 cas en un jour
    • Le minimum de cas est de zéro par jour, atteint à 12 reprises entre les 24 Mai et 27 Juin

Dans la mesure ou le nombre de décès était à zéro depuis 7 semaines lors de la décision d’ajouter des mesures, celui-ci ne semble pas être un indicateur utilisé par le canton de Genève.

Les mesures ne semblent pas avoir eu le moindre impact sur le nombre de cas étant donné que la courbe n’a absolument pas bougée dans les 2 semaines suivants les mesures.

Le seul élément qui pourrait mettre un doute est le fait que la courbe était en montée rapide lors de la décision des 1ères mesures fin juillet et qu’elle est devenu plate au même moment-et on pourrait être tenté d’y voir un lien. Mais comme expliqué plus haut, il faut compter un délai d’au moins 2 semaines entre la mise en place d’une mesure et ses effets donc il n’est pas possible d’attribuer la stabilisation de la courbe à cette mesure.

Conclusions

Les dirigeants Suisse et cantonaux n’ont pas communiqué au peuple quels seraient les indicateurs qui permettrait de revenir à la normale (situation d’avant le 28 février).

En prenant des indicateurs qui me semblent pertinents et voyant que même lorsque ces indicateurs sont au plus bas, les mesures persistent voire augmentent, j’arrive à la conclusion que les autorités :

  • Se base sur des indicateurs complètement différents que ceux mentionnés dans cette étude

ou

  • N’ont aucune intention de lever ces mesures…

En ce qui concerne Genève, Mauro Poggia a déclaré dans le GHI du 30 septembre la chose suivante :

« Le fait que le nombre des hospitalisations et des décès soit heureusement bas devrait-il justifier l’abandon des mesures, objectivement modérées qui sont en place actuellement et dont l’efficacité a été dans une large mesure démontrée ? Songerait-on à abandonner les limitations de vitesse sur les routes au motif que ces mesures ont réussi à réduire le nombre de décès ? Ce discours court-termiste qui connaît actuellement un certain succès est inquiétant »

Cette citation en dit long : Mr Poggia considère ces mesures comme permanentes et n’a aucune intention de les lever un jour !

Je ne sais pas si mes lecteurs partagent mon point de vue mais j’ai vraiment hâte de pouvoir revenir à la normale ! Ne plus porter de masque, de nouveau se serrer la main, s’embrasser, voir des sourires, ne plus avoir d’affiches de « danger » partout, ne plus avoir peur des autres, ne plus avoir de scotch par terre indiquant les distances, etc…

Afin de nous diriger vers cette normalité tant regrettée ou au moins avoir un horizon, je demande ici aux autorités Suisse et cantonales de nous communiquer de manière extrêmement claire et précise quels sont les indicateurs qui permettrait de lever définitivement toutes ces mesures !

PS : On pourrait également ajouter que si les indicateurs que je mentionne dans cette analyse sont suffisants pour justifier ces mesures (alors qu’ils sont pourtant tombés à zéro notamment les décès), alors quid des autres maladies qui existent et pour lesquelles ces mêmes indicateurs sont bien plus haut que pour le Covid-19 ???

2 thoughts on “Covid-19 : Une fin aux mesures ?

  1. Ryser Marcel

    Merci pour toutes ces infos !
    100% d’accord avec tout ce que vous écrivez.
    Comme je n’aime pas porter le masque et ne le met que lorsque j’y suis vraiment obligé, je ne vais plus dans les librairies, plus dans les musées, etc.
    Je me promène aussi moins dans le centre ville, car j’ai l’impression d’être dans un asile d’aliénés; ne plus voir le visage de certaines personnes me pose vraiment un problème… Ce matin j’ai même croisé un jeune jogger avec un masque! J’ai 70ans et je ne pensais pas vivre ceci un jour.
    Encore merci

    Reply
    1. Valêc Post author

      Merci pour votre commentaire.
      Au delà du débat pour/contre ou efficace/inefficace, je pense qu’il y a une véritable sous-estimation de la part aussi bien des autorités que du corps médical des effets psychologiques de ce port du masque généralisé.
      A surveiller…

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code