Mortalité 2020 en Suisse : Rien de spécial !

By | 10/02/2021

Ok, rien que le titre doit déjà me classer dans la case “complotiste” mais avant de partir en claquant la porte ou de me laisser un commentaire incendiaire, prenez le temps de lire l’article car je vous assure que ça vaut le coup !

Avec le début de l’année 2021, les statistiques de l’année 2020 ont été publiées et nombres d’articles dans les médias ont fait état d’une surmortalité importante dans tous les pays et particulièrement dans le pays qui m’intéresse : la Suisse !

Comme souvent, hélas, les médias ne font pas le travail d’analyse et se contente de titres accrocheurs…

Donc qu’en est-il réellement de la mortalité en Suisse en 2020 ?

Les chiffres bruts

Si on fait comme tous les médias et qu’on se contente de prendre les chiffres bruts du nombre de décès dans l’année et on à ceci :

AnnéeDécès
200062’528
200161’228
200261’768
200363’070
200460’180
200561’124
200660’283
200761’089
200861’233
200962’476
201062’649
201162’091
201264’173
201364’961
201463’938
201567’606
201664’967
201766’971
201867’088
201967’780
202076’526

Et là, c’est le drame ! On se dit qu’on a affaire à une catastrophe ! De 67’780 à 76’526 entre 2019 et 2020, c’est presque 13% d’augmentation ! Qui pourrait encore oser qualifier le Covid de maladie bénigne après ça ?

Une analyse approfondie nécessaire

Si on reste au tableau/graphique précédent, le constat est sans appel ! Mais incorrect…

Incorrect car lorsqu’on étudie les données de mortalité, il faut prendre plus que juste le chiffre brut du nombre de décès à savoir:

  • L’état de la population en terme de nombre et de pyramide des âges !
  • La répartition des décès par tranche d’âge !
  • La répartition des décès par rapport à la population de la tranche d’âge
  • Et enfin, il faut ajuster les chiffres bruts par rapport à la population !

Pourquoi ce travail d’analyse est-il nécessaire ?

Et bien c’est assez simple à comprendre en fait. La population évolue en nombre et en pyramide des âges.

Prenons un exemple fictif pour illustrer :

  • En 2000, un pays avec une population de 10’000’000 d’habitants à 20’000 décès
  • En 2010, ce même pays à 20’000’000 d’habitants et 30’000 décès

Si on se base uniquement sur le nombre de décès, on conclura que l’année 2010 est 50% plus mortelle que l’année 2000. Or c’est bien évidemment incorrect car la population ayant doublée, il y a en réalité ¼ de moins de décès en 2010 qu’en 2000.

De même si on a:

  • En 2000, une population des + de 80ans de 100’000 avec un taux de mortalité de 10%, on aura alors 10’000 décès
  • En 2010, la population des + de 80 ans est de 200’000 avec le même taux de mortalité de 10%, on aura alors 20’000 décès

De nouveau, si on se base uniquement sur les chiffres bruts, on croira à tort qu’il y a eu une catastrophe alors que non…

Voyons donc ce qu’il en est pour la Suisse !

État et évolution de la population

Il nous faut analyser l’état et l’évolution de la population Suisse pour bien comprendre la mortalité de 2020 et voir si elle est hors norme ou pas.

Tout d’abord voyons combien le pays compte d’habitant :

Et voyons comment se répartissent les tranche d’âges :

Et effectuons un zoom sur la population des + de 80ans car nous allons voir par la suite que c’est un élément crucial :

Enfin voyons la pyramide des âges telle qu’elle est présentée sur le site de l’OFS :

Constats

  • La population Suisse augment énormément (en moyenne 0.9% chaque année depuis 20 ans)
  • La population des + de 80 ans explose littéralement (60% d’augmentation en 20 ans)
  • La population vieillie : on passe de 15.28% de + de 65 ans à 18.46% en 20 ans
  • On peut voir très clairement dans la pyramide des âges de 2019 l’élargissement de celle-ci pour les tranches d’âges les plus élevées

Mortalité annuelle

Chiffres bruts par tranche d’âge

Voyons maintenant comment les décès se répartissent parmi les tranche d’âges:

Constats

  • Il semble y avoir un excès de mortalité en 2020 par rapport aux années précédentes en se basant uniquement sur les chiffres bruts
  • La “surmortalité” de 2020 semble être quasi exclusivement concentrée sur les + de 80 ans et dans une moindre mesure les 65-79 ans
  • La part des + de 80 ans dans nombre total de décès annuel est en constante augmentation depuis 20 ans
  • Les moins de 65 ans ne semble connaître aucune “surmortalité” en 2020

Rapportés à la population

Comme expliqué en introduction, les chiffres bruts ne permettent pas d’avoir une image précise de la situation car il faut mettre en perspective en fonction de l’état de la population.

Si on ramène d’abord le nombre de décès par rapport à la population totale, on obtient :

Puis la part des décès par rapport à la population de la tranche d’âge, on obtient :

Constats

  • On constate à nouveau que la “surmortalité” de 2020 concerne essentiellement les + de 80 ans
  • Contrairement à la vue depuis les chiffres bruts, ramené au pourcentage de la population, la situation de 2020, bien que représentant un pic pour les + de 80 ans, n’a même pas atteint le pic de 2003…

Ici, on commence à voir l’intérêt de prendre en compte l’évolution de la population et de fonctionner en part de la population plutôt que par des chiffres bruts.

L’exemple de la comparaison 2003-2020 est flagrant :

Bien que le nombre de décès des + de 80 ans en 2020 est beaucoup plus grand qu’en 2003, cela représente un plus faible pourcentage de cette population car celle-ci a augmentée considérablement entre temps.

Ajustés à la population de 2020

C’est maintenant qu’on rentre dans le vif du sujet de l’analyse statistique !

Vous avez vu au début de cet article que la population a énormément changé au fil du temps et donc comparer les chiffres bruts de décès entre années n’a pas de sens car les populations sont différentes !

Il est donc nécessaire de reprendre les chiffres bruts des décès et d’ajuster ceux-ci pour voir quels seraient les chiffres des précédentes années si la population avait été la même qu’en 2020 (année de référence).

Calculs effectués, voici ce que ça donne :

Constats

  • L’image renvoyée par les chiffres bruts est radicalement différente lorsque ceux-ci sont ajustés à la population de 2020
  • Bien qu’il y ait un pic de mortalité en 2020 par rapport aux années précédentes, on remarque que:
    • Les 4 années précédentes étaient particulièrement faibles
    • Le chiffre de 2020 est à peine au-dessus de la moyenne 2010-2015
    • Il suffit de remonter en 2009 et précédents pour avoir une mortalité supérieure à 2020…
  • On constate à nouveau que le pic de 2020 concerne quasi exclusivement les + de 80 ans
  • Les années 2000, 2001, 2002 et 2003 ont connu des chiffres supérieurs à 2020 pour les + de 80 ans

Mortalité par semaine

Le nombre total de décès annuel est une chose mais il est aussi nécessaire de regarder les mouvements de la mortalité durant l’année car elle est loin d’être une ligne droite.

Chiffres bruts

Voyons d’abord les chiffres bruts, non ajustés.

Constats

  • La forme de la courbe de 2020 est clairement différente : 2 pics et une baisse significative entre 2
  • Si le 1er pic du printemps 2020 semble d’un niveau comparable aux pics de 2015 et 2017, le 2ème pic de 2020 est très largement au-dessus de tous les autres.
  • La courbe des + de 80 ans est en constante augmentation
  • On constate encore que les moins de 65 ans ne sont pas du tout affectés par ces “pics”

Ajustés à la population de 2020

Je reprends les mêmes calculs que précédemment pour ajuster les chiffres à la population de 2020 et j’obtiens :

Constats

  • L’image est radicalement différente de la précédente
  • Les courbes des + de 80 ans et 65-79 sont à tendance baissière
  • Cette fois, le 1er pic de 2020 est inférieur aux années 2015 et 2017 mais également 2009, 2005 et 2003
  • Le 2ème pic de 2020 reste le plus élevé, de peu des 20 dernières années mais est largement inférieur à l’énorme pic de l’hiver 1999-2000

Vues superposées (chiffres bruts)

Pour mieux visualiser les différences entre les années, on réalise une superposition des semaines et ça donne :

Et spécifiquement pour les + de 80 ans :

Constats

  • Avec cette vue superposée, l’année 2020 sort complètement du lot
  • Seuls 2003 (été), 2015 et 2017 ressortent également du lot mais beaucoup moins que 2020

Vues superposées (ajustés)

Même exercice d’ajustement que précédemment :

Et spécifiquement pour les + de 80 ans :

Constats

  • La différence est phénoménale : sur la vue avec les totaux, on ne remarque quasiment plus l’année 2020 à part le 2ème pic mais qui n’apparait pas comme bien important
  • L’année 2000 apparaît comme bien pire que 2020
  • Dans la vue spécifique au 80+ :
    • Les pics sont beaucoup plus flagrants, montrant encore que c’est la tranche d’âge la plus affectée par les variations
    • Le 2ème pic de 2020 ressort clairement du lot mais reste inférieur au pic de 2000

Conclusions

Plusieurs conclusions peuvent être tirées de cette analyse:

  • La mortalité en 2020 en Suisse n’a rien de hors-norme !
  • Il y a un léger pic de mortalité mais il n’est pas inhabituel et n’a aucunement un caractère extraordinaire !
  • Le pic de mortalité concerne quasi exclusivement la tranche d’âge des plus de 80 ans et s’explique en grande partie par l’augmentation de cette population (baby-boom) et un phénomène dit de “moisson” (lorsque plusieurs années de suite ont connus une faible mortalité, il y a alors un phénomène de rattrapage)
  • Il n’est pas possible avec les données actuelles d’attribuer une cause spécifique (Covid par exemple) à l’excès de mortalité chez les + de 80 ans. Il sera particulièrement intéressant de voir les données concernant les causes de mortalité !
  • Clairement, la mortalité de 2020 ne justifie aucunement le délire totalitaire des gouvernements fédéral et cantonaux. Je le répète : IL NE S’EST RIEN PASSE DE SPÉCIAL!
  • Étant donné le vieillissement de la population, les années à venir devraient en toute logique être de la même veine

Cette étude s’inspire des travaux réalisés pour la France de:

Sources

9 thoughts on “Mortalité 2020 en Suisse : Rien de spécial !

  1. Fabian Ferrari

    Merci, hyper intéressant et convaincant.

    Reply
  2. Stéphane

    Bravo pour cet article.

    Quelques remarques:

    1) Je pense que les graphiques les plus éloquents sont mal titrés (de manière ambigüe et inhabituelle). Vous les avez nommés: “part des décès par rapport à la population de la tranche d’âge”. De toute évidence, il ne s’agit pas de la part des décès par tranche d’âge ( les % totaliseraient 100, avec la plus grande part pour les dernières classes). Il s’agit en réalité simplement de la “mortalité annuelle des tranches d’âges”, si je comprends bien.

    2) Pas sûr de la pertinence de la comparaison avec un log dans les historique de décès

    3) Dans les “constats”, à la fin, vous dites: “sur la vue avec les totaux, on ne remarque quasiment plus l’année 2020 à part le 2ème pic mais qui n’apparait pas comme bien important”. Non, là, on ne peut pas être d’accord. Ce deuxième pic reste massif et impressionnant, non-seulement en hauteur, mais surtout en surface (son intégrale, si on veut). Et pour cause: il est la raison d’être de cette augmentation annuelle, 2020 était dans les moyennes attendues jusqu’en automne.

    Reply
    1. Valêc Post author

      Merci pour votre commentaire.
      1)“part des décès par rapport à la population de la tranche d’âge” n’est pas “part des décès par tranche d’âge”…
      2)Le log donne une tendance plus juste qu’un linéaire
      3)Comme pour le 1, vous faites exprès de ne pas comprendre : “le 2ème pic mais qui n’apparait pas comme bien important” veux dire très clairement qu’il n’est pas aussi important que le laissait paraître la vue non ajustée.

      Reply
      1. Stephane

        Pas de problème. Ça ne se voulait que des remarques constructives. Ces détails sont mineurs, je le trouve intéressant et utile, votre article.

        Meilleures salutations.

        Reply
        1. Valêc Post author

          Merci !
          Désolé de l’agressivité, je reconnais que ma réponse est un peu sèche…
          Trop de trolls qui m’attaque de partout, ça met un peu sur les nerfs…

          Reply
  3. Emilio

    Merci pour ce travail extrêmement intéressant et complémentaire de celui de Pierre … La mascarade va peut-être finir par être dévoilée grâce à vous !

    J’en profite pour relayer quelques vidéos de Pierre de Décoder l’Eco :

    1 – 100 000 morts, vraiment ? (28 avril 2021 – vidéo 20 minutes – A VOIR EN PRIORITÉ)

    https://youtu.be/MLMGnfeu_zk

    2 – La dictature des tests (22 février 2021 – vidéo 19 minutes)

    https://youtu.be/WNPpqoe2JOo

    3 – Nouveau confinement : l’excuse des jeunes (2 avril 2021 – vidéo 8 minutes)

    https://youtu.be/APG2-DEWrW4

    4 – Augmentation des décès de 9 % : c’est grave docteur ? (18 janvier 2021 – vidéo 10 minutes – c’est cette vidéo qui est reprise par Les Décodeurs du journal Le Monde et rediffusée dans la vidéo en 7)

    https://youtu.be/wyKNiKJMXuM

    5 – Les mauvais calculs d’une vidéo qui prétend que le Covid-19 serait « moins mortel que la grippe en 2017 » (Article des Décodeurs critiquant la vidéo en 4 – 22 janvier 2021) :

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/01/22/les-mauvais-calculs-d-une-video-qui-pretend-que-le-covid-19-serait-moins-mortel-que-la-grippe-en-2017_6067272_4355770.html

    6 – Covid VS Grippe : les mauvais calculs des décodeurs (27 janvier 2021 – vidéo 9 minutes répondant à l’article des Décodeurs en 5)

    https://youtu.be/E8IWRZ-_nDU

    7 – L’arnaque de la chute de l’espérance de vie (11 avril 2021 – 16 min)

    https://youtu.be/UKpOOtnCnCQ

    8 – COVID-19 : “LE PAPY-BOOM FAIT DE LA RESISTANCE !” (Interview vidéo de Pierre Chaillot 1h35, par un média indépendant avec également la participation d’un Gilet Jaune) :

    Sauter la partie entre 6 min 45 et 16 min 30 qui n’est que la rediffusion de la vidéo Augmentation des décès de 9 % : c’est grave docteur ?

    https://youtu.be/y38giDagLbw

    Reply
  4. Pingback: Statistiques de la mortalité Suisse mise à jour – Esprit Libre

  5. Pingback: A l’origine de la peur : une mauvaise analyse du risque personnel ! – Esprit Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code